21 mai 2024

À défaut d’accompagner les Isérois face à l’inflation, la majorité fait le choix d’augmenter l’autofinancement du Département

La Décision modificative budgétaire présentée au vote le 20 octobre 2023 démontre une nouvelle fois la bonne santé financière du Département de l’Isère. Malgré des recettes en hausse progressive depuis 2 ans, le Département fait une nouvelle fois le choix d’augmenter son autofinancement comme en juin dernier lors du Budget Supplémentaire (+40% depuis le vote du budget primitif 2023). Dans cette période d’inflation, nous pourrions pourtant accompagner les Iséroises et Isérois les plus en difficulté en actionnant des leviers comme le Fonds de solidarité logement.

Pour le groupe UGES, David Queiros a souligné que les hausses des recettes de fonctionnement acquises par le Département lui permettent ainsi d’envisager sereinement les dépenses à la hausse. Nous observons d’ailleurs un effet « d’aubaine » lié, d’une part à l’inflation qui fait croitre nos recettes issues de la fraction de TVA, d’autre part à la hausse des conventions d’assurance payée par les ménages ou encore les collectivités qui profitent là aussi au Département. Enfin, sur les DMTO (frais de notaire) nous observons un basculement de la dynamique du fait de la conjoncture immobilière en mauvaise pente (hausse des taux de crédit, crise du logement).

Cette solidité financière permet donc au Département d’amortir les dépenses croissantes liées à l’inflation (fluides, matériaux) mais aussi de financer les revalorisations des rémunérations des agents territoriaux ou des personnels du secteur médico-social. Nous saluons cet effort national et départemental malgré leur non-indexation sur l’inflation.

Au regard du contexte financier départemental, cette Décision modificative ne prend toujours pas la mesure de la crise économique et sociale que nous vivons depuis le Covid. La majorité départementale ne propose rien sur la lutte du non recours aux droits malgré les quelques effets d’annonce passés. Rien non plus pour les jeunes en précarité croissante, les différents témoignages ou études le démontrent sensiblement pour les étudiants par exemple, alors que nous pourrions actionner des leviers comme le Fonds de solidarité logement.

Laisser un commentaire