12 juin 2024

Le « green washing » de la majorité départementale

À l’occasion du rapport d’activité et de Développement durable 2022, une disposition légale et obligatoire pour la collectivité, Jérôme Cucarollo est intervenu pour dénoncer le « green washing » de la majorité départementale.

Ce rapport présente une liste d’actions reliées (ou pas) au Développement durable, sans évaluation par action de l’impact carbone ou environnemental du Département. Le bilan de la stratégie carbone du Département, dont l’opposition a eu connaissance suite à une saisine de la CADA en 2022, démontre d’ailleurs que le Département n’est toujours pas à la hauteur des enjeux de transition. A la lecture de ce rapport Développement durable, nous constatons que la majorité départementale se maintient dans sa politique « des petits pas » alors que nous devons amplifier nos objectifs pour être à la hauteur du défi climatique, de la chute de la biodiversité et du manque de ressources.

La multiplication des épisodes de canicule ou encore la raréfaction de la ressource et la baisse de sa qualité sont des réalités auxquelles nous devons par exemple faire face. Pour cela, il faut être ambitieux sur toutes les politiques départementales, y compris sur la politique consacrée au réseau routier.

En commission permanente, le Département a par exemple voté la reprise du projet de contournement de la commune de Saint-Savin. Dans le dossier de concertation réalisé en 2016, il était ainsi précisé sur les enjeux naturels que : « Plusieurs zones naturelles, protégées et réglementées sont concernées par la projet d’aménagement. La zone Natura 2000 de L’Isle Crémieu: ce site est d’une grande richesse écologique et compte de nombreuses espèces et d’habitats d’intérêts prioritaires européens. L’objectif de cette politique européenne est de préserver la diversité biologique et de favoriser les atouts naturels des territoires. Des Zones Naturelles d’Intérêt Ecologique Floristique et Faunistique […] Des trames verte et bleu […] Des zones humides […] L’intérêt du secteur d’étude et des habitats naturels qu’il abrite se traduit par la présence de nombreuses espèces protégées et inscrites sur les listes rouges nationale, régionale et locale. Ces espèces représentent un enjeu réglementaire et conservatoire fort ».

À travers cet exemple, nous nous interrogeons sur le volontarisme de la majorité départementale en matière de développement durable. Quand serons-nous à la hauteur des défis qui sont devant nous ?

Laisser un commentaire